School-Day

Thérapie clavier

Mardi 15 juillet 2014 à 21:40

Image and video hosting by TinyPic
 

Bon, état des lieux :
J’ai maintenant vingt ans, je n’ai peut être pas pris de centimètre mais quelques mètres en plus au conteur, je suis fièrement bras dessus bras dessous avec ma cavalière, de qui je reçois un amour sans borne, j’ai achevé ma première année de travail, mon premier CDD, qui m’a rendu heureuse, triste, seule, souffrante, adulte, puis qui aujourd’hui ce termine en rendez vous pole emploi.
Je vécu aussi mon premier échec d’examen, triste et gout amer.
Rempli de désires de changements, tout en étant rattachée à mes journées désormais révolus. Je me tiens en équilibre.

15 Juillet 2014
Balancée entre le doux oreiller chaud du cocon amoureux et le baiser de l’amoureuse. J’ouvre péniblement les yeux,
-Tu peux dormir hein, te force pas !
-Humm, si je dois retrouver princesse ce matin.
-Ah oui c’est vrai, t’as le droit de te lever alors.
-Humpf …
Je m’assis en tailleur mais éprise par le froid je m’empare de la couette encore chaude pour la transformer en une cape, croise les bras, ne laisse que ma tête encore éteinte du matin dépasser.
-Sale sangsue des couettes ! Lance mon amoureuse en se faufilant entre mes bras. Tendrement elle m’embrase, me fixe de ces yeux mielleux et m’embrase encore.

Finalement habillée, je descends les marches prudemment, mon chemin péniblement éclairé par l’écran veille de mon téléphone portable.
Arrivée en bas, la silhouette du père tranche avec la lumière du salon, il m’adresse quelques mots de réprimes mais s’aperçoit très vite qu’il se trompe de jeune fille,
-Elle est encore en haut à s’habiller.
Il élève les yeux vers le haut des marches, pour finalement hausser les épaules. Gentiment, il m’invite à déguster le petit déjeuner avec lui.
Ma cavalière et son père partent ce matin à la conquête de la province. En camionnette ils vont à la rescousse d’un shetland, un mini poney.
Mes galettes de riz et mon mug de café avalé, juste le temps qu’il a fallut à mon amoureuse pour de se préparer.
Le père, m’emmène gracieusement jusqu'à la gare du rer, un dernier bisou, un coucou par la fenêtre et je vois la camionnette s’éloigner.
Dans le train, je laisse mes pensées aller vers l’avant. La question est simple, que veux-je devenir ?
Mais les réponses si nombreuses.

Arrivé chez moi je m’acharne instantanément sur ce qui m’obstine depuis les dernière vingt quatre heures. Ma seconde robe, parce que oui, ma nouvelle lubie et de ressortir la vielle machine à coudre familiale de ma mère et de fabriquer des vetements.
J’en suis à deux robes, et je me vois déjà me faire toute ma garde robe.
Mon portable ce fait entendre « Coucou, pour aujourd’hui ca va être un peu compliqué, tu sais le voyage pour demain tout ca tout ca… bref désoler hein, on se verra à mon retour ! »
Ah pas de princesse aujourd’hui.

L’après-midi s’affiche sur mon horloge. Cherchant une raison pour mettre ma nouvelle tenue fraichement finis en publique, je me décide à aller à la mission local parisienne.
Instant de solitude quand je fais des allers et retour le long de la rue, tournant désespérément la tête de droite à gauche, espérant voir un panneau ou une plaque m’indiquant le bâtiment que je recherche.
Une dame adorable, m’indique finalement la bonne voie.
Seconds instants de solitude, devant une porte tristement fermé, je suis finalement accueilli par une secrétaire au ventre bien remplis et au tutoiement aisé qui me surprend au premier abord.
Conduite à la salle d’attente accompagné d’un formulaire, je scrute le panneau d’affichage entre deux questions, la boucherie recrute !, Ouverture d’un burger kind à paris, Parc Astérix recrute !
Mon nom prononcé par une voix inconnue me fait lever la tête les yeux ronds.
Je ne m’attendais pas à avoir une conseillère si vite.
Dans le bureau, ma conseillère me met en confiance, je laisse alors les mots filer et mes inquiétudes aller.
Je lui raconte mes difficultés vécu à la Maison Michel, mon égarement pour l’avenir, et mes doutes sur mon chemin déjà parcourus.
Elle m’a a la fois poussé à continuer, tout en me poussant à voir ailleurs. Ce fut a vrai dire, un peu flou…

Je me suis inscrite tout de même à un atelier collectif pendant une semaine pour l’orientation ou la re orientation professionnel selon les cas. Je verrais bien. Curieuse de voir à quoi ressemblent les jeunes chômeurs de mon arrondissement.

Prochain objectif :
Encore une robe !
Liste des tailleurs femme et homme à Paris et province
Liste des métiers à voir.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Explosions in the Sky - Time Stops

 

Par maud96 le Mercredi 16 juillet 2014 à 23:21
Contente d'avoir de tes nouvelles ainsi... Bon été malgré le chômage...
Par http://www.bruno-anim.fr le Jeudi 23 juin 2016 à 4:20
J'attrape mon paquet de cigarette avant de me faufiler à l'extérieur de la maison.
Par Maillot De Foot Pas Cher le Mardi 23 août 2016 à 5:23
J'attrape mon paquet de cigarette avant de me faufiler à l'extérieur de la maison.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://school-day.cowblog.fr/trackback/3267235

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast