School-Day

Thérapie clavier

Jeudi 31 mars 2011 à 17:52

http://school-day.cowblog.fr/images/wz6pOM8B1qbat6to1400.jpg
29 Mars
J'arrive au lycée un peu anxieuse, quand je vois Monkey je l'a prends par le bras et l'emmène dans un coin. Elle se baisse pour pouvoir m'entendre chuchoter:
«-Tu n'as rien dit?
-Nan! Nan! Bien sûr que nan!
-Ouf..
-Sauf à ma soeur.
-Oh mon dieu!!
-Nan t'inquiète pas je lui ai pas montrée de photo alors elle saispas qui t'es.
-O..Ok.
Nous partageons un secret, nous avons un lien, je ne peux plus nier que nous sommes amies.
Enseignement professionnel:
Même si j'ai passé une nuit blanche, je ne suis pas trop fatiguée et j'arrive à travailler relativement vite.
La déléguer de la classe me remet ces notes prise durant le conseil de classe, «Ah c'était hier..».
Mes professeurs disent tous la même chose: «Elle a des capacités, mais ne se passionne pas! Souvent la tête dans les nuages et prend trop son temps.» Ces notes me font sourire même si j'ai déchanté quand j'ai appris que j'avais un Avertissement de travail...J'ai pourtant 14 de moyenne ! (Comme au trimestre dernier.)
Monkey m'appelle, je suppose que ça concerne la couture, mais elle me tend son carnet de correspondance:
«-Tu peux m'écrire un mot d'excuse?
-Pourquoi moi?
-T'as une écriture d'adulte.
-A bon? Ok.
Sous sa dictée j'écris un mot pour qu'elle sorte deux heures plus tot:
-On a perm' à 15h30 et j'ai la flemme de rester.
-A 15h30? Je vais sécher aussi alors.
-T'es sur?
-Oui, je vais aller chercher une amie après.
-Haha tu dis ça naturel toi!
-Ba! On est au lycée maintenant, si tu veux partir tu pars! Tu n'as plus besoin de...
La prof m'interrompt:
-Vous faites quoi ici?
-J'écris un alibi.»
Ma réponse n'a pas l'air de la faire rire, je ferme ma bouche et me remets au travail.
Pause: Monkey et moi accompagnons Disneyfan boire son café matinal «Non aujourd'hui un chocolat!»
Une jeune femme passe devant nous, Monkey profite que Disneyfan sois occupé à se battre avec la machine a café pour me demander:
«-Et elle? Elle te plais?
-De quoi j'me mêle?
-Rooh allez!
-Nan, les filles de mon âge sont plus mignonnes.
-C'est vrai.»
Elle prend ça pour un jeux?
Retour en classe: Avec mes (un peu) nombreuse absences et ma lenteur remarqué, la logique aurait voulu que je sois en retard par rapport aux autres sur l'avancement de la veste, mais le constat et tous autre...Je suis même en avance. Et ce pour toutes les matières alors pourquoi mes professeurs sont mécontent?
C'est vrai que ce dois être lourd de me répéter sans cesse «Travaillez s'il vous plait.» mais je suis un ange comparé aux autres qui provoquent ouvertement élevés comme professeurs.
«-Qu'est-ce vous attendez?
-Humm...Une machine libre?
-Il y en a une là bas!
-Ah oui...Merci madame.»
Cantine: Baby qui ne tient pas la forme me confie qu'elle n'aime pas les filles qui se mêlent des affaires des autres. Sur ces mots je suis son regard qui se dirige d'un air mauvais vers Pepito et la fille vulgaire. Je remarque régulièrement l'hypocrisie entre toutes les filles de la classe (Moi y compris) et pourtant les disputes n'explose pas si souvent que ça...
PSE:On attend toutes devant la salle que la prof se montre. Pepito s'approche de moi:
«Tu viens chercher le cahier d'appel avec moi?»
j'acquiesce et me laisse prendre par le bras. Une fois loin des autres, elle me raconte qu'elle n'aime pas Baby et que Baby ne l'aime pas. Je fais mine de ne rien savoir. Elle continue:
«En faite c'est Machine qui est venu vers elle et qui lui a demander qu'est-ce qu'elle avait tu vois?
-Ce matin? Elle était tous simplement fatiguée.
-Ouais, mais machine elle voulait en savoir plus alors maintenant elles sont fâchées.
-Ça c'est depuis le début de l'année non? Alors où est le problème?
-Mais moi aussi elle m'aime pas!
-Toi aussi non?
-Mais c'est pas pareil!
-Humm...Je vois...(Pas du tous en faite) Tu vas faire quoi alors?
-Lui parler si elle me parle, mais sinon j'irais pas vers elle!»
Arrivez devant la salle toutes les autres sont déjà rentré. Alors que j'avais demandé à Disneyfan de garder mon sac je le vois laissé à l'abandon sur le sol:
«C'est trop aimable...»
Ça fait deux semaines de suite que je n'avais pas assisté à ce cours, la prof ne manque pas de me le faire remarqué. Je n'y prête pas vraiment attention et me "concentre" plus ou moins sur la leçon du jour. "Les méfait de la drogue, de l'alcool et du tabac". Je ne me sens pas particulièrement concernée pas ce genre de choses, j'aime beaucoup trop me concerner comme mignonne innocente pour toucher à ça.
Français:
Contrairement à l'heure devant la classe est bruyante. Hic*. L'exercice est nul Hic* tout le monde crient tapent sur les tables et sur leurs voisins Hic* et une saleté de hoquet ne me lâche plus!!
«Vous voulez aller boire de l'eau ?» me demande la prof, j'ai plutôt l'impression d'entendre «Inutile de faire du boucan en plus, éloignez-vous!»
Hic* La sorcière histoire de faire rire les autres crie haut et fort «Heee! Elle a le hoquet hein?» Ça fait rire la classe, il y a quoi de drôle là dedans? C'est son accent débile qui a réveillé leurs cerveaux sous développés?! Je déteste être la cible de leurs âneries. C'est une phrase l'air de rien, mais ça me fait mal, une phrase idiote, mais qui n'a que de mauvaise attention.
Ça sonne enfin, aujourd'hui Pingu reste dormir chez moi, j'ai hâte de la retrouver!
A 16h Pingu m'appelle, elle me demande de la rejoindre. Impatiente et guillerette je cours la chercher. Quand je la vois je la prends dans mes bras. Aahh...Elle m'avait tellement manqué. Je l'accompagne d'abord chez sa spy. La pluie nous surprend sur le chemin. «Haa! Mais cheveux vont friser!»

Chez moi alors que nous étions en pleine conversation, quelqu'un sonne à la porte, je suppose que c'est ma mère, mais en ouvrant la porte, le buste imposant du père de Pingu me fait face. «Ma fille est là?» Je me retourne vers Pingu, son père la voyant me bouscule pour rentrer. Fous de rage il l'attrape par le coup la plaque contre le mur et lui crie dessus. Je ne peux pas rester là sans rien faire, je tente d'extirper pingu, mais son père me pousse, je manque de tomber. Quelle idiote! Je suis un bébé panda face a cet ours. Son père réalisant son acte envers moi reprend ces esprits, il baisse le ton et ses points, mais continue de la réprimander. Mon amie est en larme, je n'aime pas ça, je ne trouve rien d'autre à faire que de lui prendre la main. Je n'aime pas la voir ainsi, la dernière fois c'était il y a plus de cinq ans et c'était ma faute, aujourd'hui c'est encore de ma faute. C'est moi qui ai ouvert sans faire attention.
Malgré ses cris, certaines paroles de son père m'ont touché. Et j'avoue même envier ses efforts pour sa fille. Ma mère en fais autant pour moi mais mon père ne m'a jamais dit de telle chose. Les seules paroles qui me trottent encore dans la tête se sont ces insultes et la force avec laquelle il me dénigrait. Je continue abasourdie d'écouter les paroles du père de Pingu, il lui dit qu'il est près à tous pour elle que s'il y a un petit con qu'il lui fait des misères il est là pour lui casser les deux jambes «Je peux tous comprendre» il a les points serrés et les sourcils froncés, mais je n'ai pas pu m'enpêcher de penser:«Aaah...Mon père ne m'a jamais dit d'aussi jolie choses.»
Pingu me sers de plus en plus fort la main, comme réponse je me colle à elle, son père se tourne vers moi:
«C'est violant hein?»
Je secoue la tête.
«Regarde! Pleins de gens t'aime, la preuve ta copine ne t'a pas lâché depuis tout à l'heure!
Ah tu n'aurais pas un verre d'eau?»
Sans lâcher la main de Pingu je vais dans la cuisine remplir un verre. «Tu vois à force de crier je n'ai plus de salive!»
Il parle ensuite de ses nombreuses pensées suicidaires, mais que sa fille lui donne tout l'espoir de rester et que de partir alors qu'elle avait un rendez-vous pour son avenir professionnel mériterais qu'il lui met "un point dans la tête".
Après quelque interminable minutes:
«Bon on rentre...»
Quoi? Elle peut pas rester? Non! Non! Je veux qu'elle reste avec moi, je veux que ces larmes coule sur mon épaule.
Pingu enfile ses chaussures sans rien dire, quand elle se relève je la prends dans mes bras, je l'a serre fort pour la rassurer, puis elle me chuchote un «Merci». Ce mot fissure le barrage qui retenait mes larmes, je la regarde partir la tête baissée.
Je m'en veux, pourquoi tout ne s'est pas passé comme prévu? J'aurais aimé que ma maison soit son refuge autant qu'elle est mon oasis. On aurait parlé pendant des heures puis on se serait assoupis côte à côte, le matin je l'aurais accompagné à son collège puis je serais allé au lycée le sourire aux lèvres.
Mais la réalité à frapper à la porte.

Jeudi 24 mars 2011 à 17:47

http://school-day.cowblog.fr/images/gakuran01-copie-1.jpgGakuran, jouée par Miyazawa Sae dans le drama "Majisuka gakuen"
24 Mars
Une après-midi, un jour où le soleil tapait fort, où des fleurs de cerisier tombaient pétales par pétales à nos pieds. Elle me confiait qu'elle n'aimait pas les filles de la classe, sous son sourire se cachait en réalité une fille blessée par les moqueries des autres et je n'ai jamais rien remarqué. Elle m'a paru d'un seul coup si sensible et vulnérable que je me suis confiée à mon tour. J'ai pris une grande respiration et je lui ai avoué ce que je me suis jurée de ne jamais rien dire. La phrase est sortie aussi rapidement qu'un pansement que l'on arrache. Mes mains tremblaient en attendant sa réponse.
Puis elle a dit d'un grand sourire «Mais c'est trop bien! J'ai enfin une amie Lesbienne!»
En crachant sur le sol elle m'a juré de ne rien dire à qui que ce soit «jugé craché!»
Sortir ce qui est aujourd'hui pour moi un secret m'a fait beaucoup de bien, mais j'ai peur. J'ai peur qu'en ce moment même elle le divulgue.
J'ai peur que ça me retombe dessus, j'ai peur d'avoir fait ce qu'on appelle «Une grosse connerie».

.....................................................................................................................................................
Merci Oka ^^
http://school-day.cowblog.fr/images/PrixShcoolDay.jpg
 

Mardi 22 mars 2011 à 22:01

http://school-day.cowblog.fr/images/moonk16.jpgMoon kana
Je ne suis pas particulièrement sensible à ses chansons, mais je dois avouer qu'elle est super jolie.
 

22 Mars
Après une énième nuit blanche, je dois renoncer à aller me coucher et me préparer pour le lycée.
Dans le métro, j'ai les jambes en compote. J'ai peur de tomber de fatigue et de me retrouver en pleine voie ferrée, là où le métro me roulera dessus. Les phares sortiraient à grande vitesse du tunnel. Mes membres fatigués me cloueront au sol. Aucune possibilité de fuir il ne restera plus qu'a encaisser.
Une bourrasque de vent provoquée par l'arrivée du métro me sort de mes pensées. Avec la fatigue je n'arrive plus à contrôler.
J'entre dans le lycée, deux filles de ma classe sont assisses devant la porte de la salle de classe. Je ne dis pas Bonjour et m'écroule quelque centimètre d'elles.
Je les vois en train de réviser le contrôle d'aujourd'hui, j'avais complètement oublié, je sais même plus sur quelle leçon on va être interrogé...
«-Hey! Hey!
-Quoi?
-T'as révisé?
-Nan
-Et mais c'est pas bien....blablabla...»
J'ai remis mon casque je n'ai pas envie de l'écouter.
Je fixe mes jambes, depuis quand mes pieds sont si loin? Depuis quand je n'arrive plus à mettre les jolies souliers rouges que maman m'avait offertes?
Ma prof passe devant moi, je soupire. J'attends que les autres soit entrés dans la classe et me lève.
Enseignement professionnel:
Les murs blancs de la salle m'aveuglent, j'étais mieux dans le couloir sombre sans fenêtre ni chauffage.
D'ailleurs pourquoi dans cet établissement il y a des radiateurs partout sauf dans le couloir du 1er? Il y en a même un dans le hall...
Ma voisine me tape l'épaule:
«-Quoi?
-Elle t'appelle!
Je me retourne vers Disneyfan:
«-Salut!
-...
J'ai pas envie de sourire. J'ai pas envie de répondre.
-Qu'est-ce qui t'arrive?
-*Soupir* Rien.
-T'as l'air fatigué!.»
Elle me fait un bisou sur le front et s'en va.
Mes jambes tremblent encore, si seulement je pouvais m'écrouler sur le sol.
«-Youhou! Enlevez votre casque!Vous dormez?
-Humm? N...Je sais pas...
-C'est un lutin qui vous a transporté jusqu'ici.
-Oui.»
Le lutin est aussi en train de me convaincre de rentrer chez moi.
La prof essaye de me faire travailler, mais est sans cesse interrompue par les autres.
Tant mieux ça me laisse plus de temps pour glander. J'écoute les conversations de mes camarades en attendant que le temps s'écoule.
«-On est pas à la foire ici!
-Nan c'est la foire du trone!»
«-Ya!!! T'as regardé Carre Viip?
-Ouais!!J'aime trop pas le transex' là!
-Thomas!
-Ouais!! Et les autres là ils font trop pitié!!
-Comme Alexandre!
-Ouais!! Les wanna viip faudrait trop les calmer eux!»
La prof me tire par le bras:
«Allez! Allez repasser!»
J'ai honte d'être ici, j'aimerais tant me plonger dans mon monde parfait fait de douceur et de dentelle. Une adorable maison rose au fond des bois, je passerais mes journées à jouer avec mon chat. Du fond de mon château je me consacrerais qu'à mes passions. Des pièces entières de livre en tous genre, des piles gigantesques de dessins. Mes seuls soucis seraient de choisir mes chaussures pour aller me promener sous l'ombre des arbres un après-midi de printemps.
«Ahh!!! Mais enfin!! Vous allez bruler votre travail! Il ne fait pas laisser le fer ainsi sur la table! Ce n'est pas un jouet! Vous...Vous allez bien?
-M....oui...
-C'est de la fatigue?
-M....oui
-Vous vous ne sentez pas bien?»
Je prends mon travail, la remercie et tourne les talons. Sa façon de me parler, j'ai horreur de ça. On aurait dit un psy. J'en ai ras le bol des psy.
Une fille tape à la porte, c'est encore une stagiaire, là pour la journée. Je l'envie, comme tout le monde elle est comme tout le monde.
Elle s'assied à côté de disneyfan, juste derrière moi.
J'entends disneyfan toujours aussi sociale, lui parler du film "Lol" qu'elle adore «Il l'ont tournée dans mon ancien bahut!» Puis la stagiaire raconte qu'une fille de son collège a participé à "Made" qui passait sur Mtv il y a bien longtemps.
La Sorcière qui n'a pas révisé le contrôle qui aura lieux à 10h, me demande les feuilles. Je lui dis que je rentre chez moi après la sonnerie.
«-Pourquoi?
-Je suis fatiguée...
-Heeee! Ça ce voit!»
La sonnerie retentit. Je prends soin de ranger ma veste à demi assemblée et les ustensiles que j'ai touchés. Avant de partir j'ai déposé le chèque de cantine comme on me l'avait demandé.

Lundi 21 mars 2011 à 21:23

http://school-day.cowblog.fr/images/Hime.jpg
Aujourd'hui mon chat a un an.
Elle qui à son arrivée était si petite la voila qui chasse les pigeons et les vers de terre.
Elle qui surveille vaillamment son territoire et qui se bat contre les chats de gouttières.
Elle qui reste à mes côté lors de mes nuits blanches.
Comment pourrais-je supporter mon chez moi vide sans ma petite boule de poils?

Son cadeau? Je lui ai offert du pâté de marque.

Pour le dessin, au départ je voulais dessiner une jolie p'tit lolita...
On dirait plutôt la reine des neiges ^^'

http://school-day.cowblog.fr/images/IMG1760.jpg

Vendredi 18 mars 2011 à 23:15

http://school-day.cowblog.fr/images/tumblrl7behfnWOq1qcnualo1400.jpg
17 Mars
Je n'ai pas la force de me lever, j'ai beau avoir révisé mes cours, programmé mon réveil et fait mon sac la veille. Au petit matin. Aucun de mes muscles ne bouge.

18 Mars
En me lavant, les bras ballant et la tête baissée, j'ai laissé l'eau chaude me tomber sur le haut de mon crane. L'eau alourdit mes cheveux, elle semble retirer une masse inconnue qui me colle à la peau. Les yeux fermés, je peux imaginer que la réalité est autre, je ne suis pas moi, la vie que je mène n'existe pas, les gens que je connais n'ont jamais vu le jour.
Au moment où je rouvre les yeux, je lâche un grand soupir. J'arrête l'écoulement, je n'aime pas le reflet déformé de ma mauvaise mine dans la pomme de douche, je n'aime pas la peau de mes mains plissées par l'eau chaude.
Une tête pareille à celle d'un zombie, je traine les pieds jusqu'à la porte. Mon chat me voyant partir me court après:
«-Nya!
-Oh mon p'tit chaton, prie pour que la journée ne soit pas trop longue. Entre deux siestes pense à moi.
-*Ronronne*»
A quelque mètres du lycée je croise Baby,
«-Tu manges une clémentine?
-Mouais.
-Je croyais que tu n'aimais pas l'odeur que sa laisse sur les mains.
-M'en fous j'ai trop faim!»
A l'entrée du lycée il n'y a plus le directeur. La nouvelle directrice ne perpétue pas l'aimable Bonjour de Monsieur. Je dois avouer que j'aimais ce premier échange, il me permettait de mettre inconsciemment le premier pas à l'intérieur du lycée.
«-Tu fous quoi?
-Ha! Euh rien.
-Haha toi tu rêves tout le temps!»
Dans le couloir, devant l'entrée de la classe plusieurs filles sont déjà arrivées.
«-T'était où hier?
-Bonjour.
-Ouais ouais b'jour. T'étais où hier?
-Chez moi
-Tu sèches trop facilement toi! En plus les profs voient même pas que t'es pas là!»
Je m'assoie a côté de Disneyfan, elle commence à me parler:
«Hey j'ai vu Requiem for a dream! Ça m'a trop fait marrer!
-Marrer ? Tu as bien vu le bon film?
-Haha mais ouais! J'adore la vielle! Genre le frigo mange moi! mange moi! Haha!
-On dirait que t'as rien compris au film.
-Mais si, je trouve ça stupide qu'elle fasse tout ça alors qu'elle est pas si grosse!
-Il n'y a rien de stupide à sombrer.
-Et l'autre là, le mec, le pauvre!
-Le pauvre? Il en avait besoin.
-Besoin? Pourquoi?
-Lui aussi sombrait et cet accident l'a freiné.
-C'était pas un accident!
-Raaah! T'as rien compris!
-Hey sinon y'a mon mec ....blablabla...disneyland...Blablabla...De la marque...Blablabla...mon régime...blablabla...On va à la piscine ensemble?
-La piscine?!
-Wo! Pourquoi tu cries?
-La piscine...Euh nan je peux vraiment pas, la piscine.
-Ba pourquoi?
-(Parce que j'ai de pas belle cicatrice.) J'aime pas l'eau, j'ai horreur de ça, déjà que me laver c'est limite alors la piscine...
-Oh....et sinon...blablabla.»
Quelques minutes plus tard, le gentil surveillant est venu pour nous annoncer que l'on avait pas cours de toute la journée. Les autres sautent et crient de joie, elles courent vers la sortie. Je marche lentement derrière elles. Le gentil surveillant qui leur tenait la porte sourit en me voyant.
«Haha t'as un casque maintenant? Ah! Et au sujet de la cantine...
-Ah le chèque? En faite je l'ai laissé dans mon classeur que j'ai laissé dans l'armoire que seule ma prof a la clé et qu'elle est absente.
-Je vois. Donc mardi?
-J'ai pas cour mardi.
-Haha.
-Je commence Lundi.
-D'accord bon week-end!
-Vous aussi.»
Je l'aime bien, malgré mes réactions froides il rigole et me fait sourire.
Une fois rentré chez moi, ma mère a entrepris d'engager un premier contacte avec mon peut-être futur lieu de stage.
Non pas que j'en ai pas envie mais, j'ai l'impression qu'on colle sous les pattes des responsabilités que je ne pourrais pas assumer. On a beau me dire que je suis mature il y a beaucoup de choses qui me bloquent.
«C'est bon tu n'as que 16ans ma chérie!»
Bientôt 17.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast