School-Day

Thérapie clavier

Dimanche 30 septembre 2012 à 19:52

http://school-day.cowblog.fr/images/2/tumblrmaqp2nFSs01r9gt50o1500.png
28 Septembre (Suite)
Je claque la porte derrière elle, je ne veux plus la revoir, plus jamais. J'en ai marre de cette fille, peu importe ce qu'elle ressent, qu'elle fasse ce qu'elle veut avec qui elle veut. Ca ne me regarde plus désormais.
Ma tête cogne et résonne, je me glisse dans mon lit, ça ira mieux demain.
Avant de tomber dans le sommeil je remémore dans ma tête tout ce qu'il vient de se passer.
A peine rentré chez moi, Monkey m'envoie un message, « Je suis arrivée ».
Je vais lui ouvrir. La porte entre-ouverte elle me tombe aussitôt dans les bras.
« Tu m'as manquée ! »
Son odeur, ça fait longtemps, cette nouvelle coupe de cheveux et a-t-elle toujours était aussi grande ?
« -Nouvelle coupe ?
-Toi aussi.
-Ca te va bien.
-Toi aussi. »
On s'assied sur le canapé du salon, elle parle, elle parle, de tout et de rien, des gens du lycée, ses nouveaux profs, sa famille, mais très vite un blanc s'installe.
Je casse ce silence:
« -Qu'est-ce que t'es venu foutre ici ?
-Je sais pas.
-Menteuse.
-Si je suis venue pour parler.
-Menteuse.
-...
-Quoi ?
-J'ai un truc à te dire.
-Je t'écoute.
-Ok... Nan, finalement j'peux pas le dire.
-Ecris-le alors.
-...
- Chuchote-le.
-C'est pas un truc qui se dit dans l'oreille.
-Pourquoi ? Ca va m'énerver ?
-Je sais pas, peut-être, ou bien ça va peut-être te faire plaisir.
-Dis le alors, tu verras bien.
-...
-...
-Ok.
-Oui ?
-Nan j'peux pas.
-Pffff...
-Tu me plais.
-Je te plais ? »
Elle cache son visage entre mains, embarrassée par ses propres mots. Je m'allonge en pausant ma tête sur ses genoux. Elle caresse mes cheveux court :
« -Depuis combien de temps ?
-Tu te rappelles quand on s'est vu à Japan Expo ?
-Ouais (Je me souviens surtout que je ne fessais pas du tout attention elle. Ennuyée elle est partie. « Tant mieux » Je me suis dit)
-Quand je t'ai vu avec ton frère, j'étais trop jalouse.
-Mais c'est mon frère.
-Je sais, mais tu lui tenais la main et tout, vous aviez le même sweat shirt. On aurait trop dit un couple...
-...
-...
-Et maintenant ?
-Maintenant ?
-Je te plais, alors maintenant, qu'est-ce que tu attends de moi ?
-Je sais pas.
-De quoi as-tu envie ?
-Je sais pas.
-Tu y as réfléchi ?
-Oui.
-Alors ?
-Je sais pas.
-Tu ne sais pas grand-chose...
-Hein ?
-Nan rien. T'as pas trente-six solutions.
-Comme quoi ?
-A : On sort ensemble.
B : On ne se revoit plus jamais.
-NAN ! Pas ça ! Pas le B ! Et le A je sais pas...
-T'as une autre idée ?
-On reste amies ?
-Mauvaise idée.
-Pourquoi ?
-Après tout ce qui s'est passé entre nous, après ce que tu viens de me dire, tu crois vraiment qu'on peut rester juste des amies ?
-...
-Tu sais pas ?
-Nan. »
Elle n'a pas changé. Toujours à ne pas savoir ce qu'elle veut.
Elle n'a pas l'air de s'en souvenir mais, moi je m'en souviens. Ce qui s'est passé à l'endroit même où elle est assise, je n'ai jamais autant été sous son charme qu'à ce moment-là. Puis elle me sort « C'était pas sérieux », pas sérieux ?! Pas sérieux ?!! Cette petite idiote m'a bisé le coeur, je me suis promise de ne plus jamais la revoir et aujourd'hui elle revient me fait les yeux doux et me dit que je lui plais ?
Mon portable est tout près, je tends le bras pour l'attraper.
« -Tu fais quoi ?
-Je lui envoie un message.
-A qui ?
-A ton ex, tu sais le mec que tout voulais oublier en couchant avec moi.
-C'est pas vrai !
-Si.
-J'me suis pas servie de toi !
-Vraiment ? C'était quoi alors ?
-J'sais plus...Un truc comme ça !
-"Un truc comme ça" ? T'était juste en chaleur alors ?!
-Arrête ! »
Elle a raison, je vais trop loin.
« -J'lui ai dit au fait.
-De quoi ?
-J'arrive pas à t'oublier.
-Il a dit quoi ?
-Il m'a dit que j'te mérite pas. »
Pas tord, elle me soule c'est un fait.
Son ventre gargouille.
« -J'ai faim.
-Oui, j'ai entendu.
-J'peux me faire à manger ?
- Sers-toi. »
Elle fouille dans le frigo et sort une barquette de ravioli aux épinards. Monkey n'a aucun mal à se retrouver dans la cuisine, comme si elle connaissait déjà ma maison par coeur.
« -Sale fille.
-T'es une fille aussi j'te signale. »
Je l'observe s'afférer dans la partie cuisine, toujours de dos, elle ne m'accorde aucun regard. Ma tête me fait mal et je me sens lourde de sommeil.
Mon portable vibre, signalement que son ex m'a répondu, j'attrape mon portable et pianote une réponse. Quand je relève la tête, je sursaute presque. Elle me fixe :
« -Je suis jalouse.
-De lui et moi ?
-De lui.
-C'est un garçon je te rappelle.
-Je sais.
-Et c'est ton ex.
-Je sais.
-...
-Je veux sortir avec toi.
Nous nous fixâmes.
-Ca crame. »
Elle se retourne paniqué et essaye de rattraper les dégâts.
Je fais de mon mieux pour respirer, je ne sens mal. J'aimerais qu'elle parte pour que je puisse aller me coucher, mais elle ne semble pas se rendre compte de mon mal-être.
Je lui "plait", elle ne "peut pas m'oublier", c'est bien mignon, mais plus elle reste là, plus je me rappelle à quel point je l'ai haï. Je l'ai détesté, elle et ses fausses excuses. Je me suis bien rendu compte qu'elle a honte d'être avec une fille.
Alors à quoi bon ? A quoi bon elle vient vers moi prétendant qu'elle est prête ?
Vas t'en. Vas t'en ! VAS T'EN !!
« -Ca va ?
-Hein ? Euh...Oui, je crois que j'ai attrapé froid...
-...Tu...
-Je ?
-Regarde...
-Je regarde ?
-J'veux dire écoute.
-Oui ?
-... »
Elle ne dit plus rien. Elle s'installe pour manger, je la fixe un temps, mais le sommeil se fait trop fort. Je m'écroule et m'endors sur le canapé.
A mon réveil, Monkey a son sac et ses chaussures :
« -Aaah...Tu t'en vas ?
-Tu te sens bien ?
-Plus ou moins »
Ma mère qui est arrivée pendant mon sommeil, nous suis du regard. Elles parlaient ensemble ? De quoi ? De qui ?
Je raccompagne Monkey jusqu'à la porte :
« -Salut.
-Salut. »
Sans aucune bise, ni embrassade, ni bisou, elle disparait au détoure du couloir.
Je claque la porte derrière elle, je ne veux plus la revoir, plus jamais.

Suis-je la méchante?

Samedi 29 septembre 2012 à 15:17

http://school-day.cowblog.fr/images/tumblrm52ir5PX7w1rxd9m0o1500.gif

28 Septembre

Hier soir, j'ignore ce qui m'a pris ou ce qui m'est passé par la tête, à moins que ne l'ai perdu momentanément : J'ai répondu à Monkey, alors que ça fais plus de trois mois que je ne lui donne pas de nouvelle, filtre ses appelles et ignore ses SMS, dans le but qu'elle se lasse et de la sortir définitivement de ma vie.
Mais là, bête comme je suis, j'accepte de la voir demain après les cours. Et on est demain!
Comme j'aimerais retourner quelques heures en arrière et ne pas lui répondre ! Elle est de retour pour une fois plus me sortir par les trous de nez, me taper sur le système et me courir sur le haricot.
Bien sûr, je pourrais annuler, lui dire que je suis occupée, mais je n'ose pas. Est-ce que par hasard je n'aurai pas aussi envie de la voir ?

Au lycée, je m'assieds sur les escaliers, en attendant que mes petites soeurs arrivent, elles sauront comment me faire sourire.  

Enseignement professionnel :
Je fini de fabriquer la pochette pour portable en feutre et je mis suis appliqué comme jamais pour pouvoir sans honte l'offrir a mon amie d'enfance. Je compte aussi Broder le prénom de mon amie d'enfance. Je suis sûr que ça lui plaira !
Nous avons aussi organisé les élections des délègués. Je suis élu a l'unanimité, moi et l'autre idiot. Il n'est pas vraiment idiot le fashion, mais son côté gamin m'exaspère un peu...Un tout petit peu...Qu'est-ce qu'il lui à pris de plier son butin de vote en avion en papier ?!

La Dijonaise fabriquait depuis pas mal de temps, des minis têtes à chapeaux en plâtre (Alors qu'elle a aussi le bras dans le plâtre), monsieur Thomas toujours aussi inventif dans l'âme, à décidé qu'on ferait également des vitrines en carton plume.
Moi et ma petite soeur emo, nous nous occupons. De découper le carton plume et de monter les boites/vitrines qui mesure à peu près cinquante centimètres de haut.

En me retournant, j'ai aussi vue ma petite soeur chinoise faire de grand carré de feutre de chaque couleur qu'elle trouve et la fille a la coupe au carré vérifier les stocks en notant tout sur des petites fiches.
Aussi vite que l'éclaire, mon prof nous a toute misent au travail comme un vrai chef d'atelier !

Pendant que je montais avec ma petite soeur notre première Boite/vitrine, la grassouillette m'appela au secours pour que je l'aide à débloquer la "popeuse" (j'ai du mal à prononcer ce mot...), « J'arrive » je lui dit,  mais même pas après quelques secondes elle recommence à m'appeler « Mais vienneeeeuhh ! ». Je laisse s'écrouler la planche que ma petite soeur et moi allions coller pour aller la voir
« -Je reviens, j'vais aider l'autre tarée », elle glousse, ça me faire sourire aussi ce qui m'aide à ne pas parler méchamment à la grassouillette :
« -Quoi ?
-C'est bloqué.
J'inspecte la popeuse, je remarque vite que ce qu'il cloche
-A ouais, tu l'as bloqué.
-C'est pas moi ! C'est Machine ! Je l'ai pris après elle et blablabalbalabla...
-Ouais ouais c'est bon j'ai compris, tu l'as bloqué
-Mais nan, c'est paaaas moi ! C'est blabalablablabla (Je ne l'écoute plus, ça m'énerve ces gens qui rejettent la faute sur les autres.) »
Avec mes doigts à moitié remplie de colle, j'en fiche partout, ça glisse et je m'énerve. Je me tourne pour tendre l'objet à mon prof qui débloque le bout de métal gêneur en un tour de main. Je la tends à ma collègue qui m'attrape par le bras avant que je n'ai pu finir mon premier pas :
«-Attends !
-Quoi ?
-Je sais pas comment on remet tous les trucs. »
Je retire mon bras et ignore sa sollicitude. Tant mieux si elle me considère comme méchante, je n'ai pas l'intention d'être la page soluce de tous les canards boiteux de la classe.

Midi
Je mange avec ma petite soeur chinoise (mon autre petite soeur mange avec ces grands parents aujourd'hui). J'écoute amusée les premières impressions qu'elle a eu sur moi :
« -Quand t'es arrivé, en retard en plus ! En classe, on aurait dit que t'en avais rien à foutre ! Tu as dit "Bonjour " comme ça ! Comme si y'avait pas de problème ! T'avais pas du tout l'air timide ! C'est pour ça que je voulais trop être ton amie !
-Ah oui, et tu voulais toujours rester avec moi.
-Ouuii ! Je te trouvais trop classe !
-Qui moi ? Classe ? Hahaha tu vas me faire rougir !
-Et tu te souviens quand il y avait l'autre fille des deuxièmes années qui t'a invité à manger avec elle ?
-Oui ! Heureusement que t'était la ! Sinon je n'aurai pas pu dire non !
-Ah ! Moi je croyais que tu allais partir avec elle ! J'me suis dit « NAAN ! Pars pas ! ».
-Hahaha ! »

L'heure de rentrée, je fais une bise et un gros câlin à ma petite soeur avant de partir de mon côté. Maintenant un nouveau problème s'ouvre à moi, Monkey.

(Je vais préparer un article a par entière pour cette histoire, patience patience.)

Mercredi 26 septembre 2012 à 22:51

http://school-day.cowblog.fr/images/kokuhaku.gif26 Septembre
Une fois par semaine j'ai droit à une petite journée.
Un après-midi seulement de cours, qui permet de faire une petite trêve pour tenir jusqu'à la fin de la semaine et quoi de plus plaisant de se rendormir après que le réveil se soit enclenché ?

Français : Avec un projecteur le prof a diffusé un documentaire sur les civilisations indiennes précolombiennes. Ma petite soeur chinoise sur les genoux j'ai appris que les indiens ne vivaient pas en si bonne harmonie avec la nature. J'étais quelque peu accablée, somme nous condamner à détruire notre environnement comme des parasites mal vaillant qui grouillent comme un cancer lent et douloureux sur notre planète qui a eu la malchance de nous donner la vie ?

Enseignement professionnel :
On fabrique des outils qui nous serviront pour notre prochain chapeau. Des outils comme la "Galerie", le polie copier dit « Lors de la création d'un bord, la galerie permet de former le pied d'entrée de tête tout en maintenant en place sur la marotte, la matière travaillée. » heureusement qu'il y a une petite photo pour comprendre...Il y a aussi le "Bichon" sorte de mini table à repasser portatif pour former le feutre au fer.

Je travaille dans un coin à part avec mes deux petites soeurs et la fille à la coupe au carré. Nous sommes les plus avancées ou c'est plutôt les autres qui pataugent dans la choucroute, entre la Fashion qui joue à gonfler ces gants en caoutchouc enduit de résine (oui, la résine est un produit toxique) comme un ballon de baudruche, la grassouillette qui se gratte les fesses en regardant par la fenêtre sans oublier la Dijonnaise qui est arrivée le bras dans le plâtre, elle a fait des maths...

A la récrée :
Moi et mes petites soeurs sommes allées au foyer. On papotait quand le chinois au prénom imprononçable arriva part derrière et s'écroula sur mes épaules et celle de ma petite soeur chinoise en criant « Piou ! »
Choquer et un peu clairement dégouter nous nous reculâmes toutes les deux de notre opportuniste.
Je suis navrée de le dire mais "il soul tout le monde" comme le disent si bien mes petites soeurs, il est collant, aberrant, sidérant, lourd et répète dix fois la même phrase comme s'il était atteint de sénilité.
Je ne peux pas m'empêcher de faire ressortir ma méchanceté quand il s'adresse à moi, je le regarde comme a un idiot, soupire à chaque de ces débuts de phrase, réponds en un « Ouais » ou un « Nan » à chacune de ces questions et fais exprès de paraitre concentré pour justifier un « Tu peux partir ? ».
Que va-t-il devenir si personne ne le supporte ?
« Mais pourquoi il dit "piou" tout le temps ?
-Ca... »
De retour en classe, j'observe du coin de l'oeil mon prof qui encourage mon camarade chinois à lire à haute voix sa fiche. J'ai compris qu'il préfère justifier ses lacunes scolaires par ses origines, hors je sais qu'il est né en France qu'il a bien fait l'école française, du CP jusqu'ici comme tout le monde. Trop content d'être excusé grâce a ses yeux bridés.

Dans ma rue la pluie était forte, pendant que les autres piétons marchaient la tête basse et le pas rapide, moi, j'avançais lentement le visage tournée vers le ciel. Avec dans les oreilles les remix vocal sur un fond de techno post-rock de Echelon j'etais d'autant plus encourager à trainer des pieds dans les flaques d'eau.

J'aime la pluie !

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Echelon
Sleep



Mardi 25 septembre 2012 à 21:38

http://i47.tinypic.com/9ftcae.jpg

Ce dessin est beaucoup plus beau que je ne l'avais prévu...Du coup je vais peut-être me risquer de le mettre en couleur! Il représente mon pony OC avec celui de mon grand frère.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Et en passant voici des photos de mon premier chapeau!

http://i47.tinypic.com/5o9po7.jpg
http://i50.tinypic.com/1262rg7.jpg
--------------------------------------------------------------------------------------------------

http://i49.tinypic.com/v89jb.gif

Dimanche 23 septembre 2012 à 14:18

http://i47.tinypic.com/531nc5.jpgJe ne me lasse pas de dessiner des pony!

20 Septembre
 Un petit événement que j’ai eu envie de raconter.
 EPS: En plein match de Badminton, alors que j’étais en train de me concentrer à renvoyer les volants hasardeux de ma petite sœur chinoise, la grassouillette qui est dans ma classe et la fille de Dijon interrompirent leur match pour venir à moi.
«-Dis, t’as un copain ?
(Ça fait longtemps qu’on ne me l’avait pas faite celle là)
-Haha ! Euh...Humm, tu crois vraiment que j’ai un copain ?
-Euh ch’ais pas, c’est pour ça que je te demande !
-Nan mais réééfléchie bien, Tu crois VRAIMENT que j’ai un copain?
La fille de Dijon plus maline parla à son tour
-Une fille ?
Avec l’évidence devant les yeux, la grassouillette répéta :
-Fille ?

 Je souris.
-Ça veut dire que t’es…
-Lesbienne.
Elles me regardèrent abasourdies. Au bout de quelque secondes de non-réaction de leur part, je repris :
-Vous avez le droit de fermer la bouche.
Elles le firent puis je continue :
-Ca ne vous pose pas de problème j’espère ?
-Non ! Non ! Tu parles aucun ! Tu sais moi aussi je suis sortie avec des filles elles étaient bi. T'es bi ?
-Lesbienne.
-Nan mais, un peu bi ou…
-Lesbienne.

 -Ah. Mais on dirait paaaaaas !
-Ah ? Mais pourquoi tu m’as demandé si je sortais avec un mec ?
-Tes bas.
Je baissai les yeux vers mes jambes et vue mes porte-jarretelles dépasser de mon short « Ah. ». Elle est du genre a penser que la lingerie ne se porte que pour autrui, personnellement je porte des bas uniquement parce que je me suis rendis compte que c’était beaucoup plus confortable, pratique, résistant et joli que les collants (En plus ça tient plus chaud).
Il y a même plusieurs filles de ma classe qui sont venues me demander où j’achète mes bas et porte-jarretelles.
« -Ça fait trop claaaasse !
-Merci. »

Ma petite sœur chinoise et venue près de moi une fois les deux commères repartis jouer leurs match :
« -Ma meilleurs amie aussi est lesbienne.
-Ah ?
-Et elle est chinoise !
-Hahaha ! »
On ne le voyait pas, mais derrière ma voix forte, je tremblais de l’intérieur, effrayée par de possibles mauvaises réactions, des insultes ou des rejets que pourraient avoir certains.
Assise en tailleur comme tomber épuisée par ma tremblote.
Ma petite sœur a trouvé les mots justes pour me rassurer, sa petite bouille appuyée sur le filet, elle continua à me sourire.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast